Fibromyalgiquement parlant

Publié le par Jean Dornac

Ce poème fut publié sur altermonde (le site que j’ai créé), le lundi 5 novembre 2007. Considérant que savoir ce qu’est cette maladie est très important, je le reprends sur « Devoir de savoir », celui-ci, mais toute une série d’autres encore. Officiellement, nous sommes 600 000 à être touchés en France, 600 000 à être ignorés d’une grande partie du monde médical, et carrément méprisés (c’est en tout cas ce que nous ressentons tous) par les pouvoirs, autant médicaux que politiciens. Officieusement, nous serions plutôt 3 millions à être atteints plus ou moins gravement. J’ai la chance de ne faire partie que des cas les plus légers, le pire des crises semblant être derrière moi…

 

Ce n’est pas une raison pour se laisser faire, tout au contraire ! Ce que je remarque, c’est, bien que les fatigues et les douleurs peuvent être extrêmement lourdes, que nombreux sont les fibromyalgiques à se battre, à refuser tant le fait accompli que le fait du prince (médical en l’occurrence).

 

Connaître cette maladie, au travers des témoignages reçus, c’est aussi chercher à comprendre ce qui est la cause de nos souffrances. Il apparaît de plus en plus, que nous sommes victimes de divers empoisonnements, qu’il s’agisse des vaccins, du mercure et des amalgames dentaires, des produits chimiques dans l’alimentation et l’agriculture, de la pollution atmosphérique toujours plus lourde. C’est donc tout un type de société qui est en cause et qui est à remettre en cause…

 

C’est en ce sens que je veux publier ces textes sur ce blog. Il ne faut pas s’illusionner, beaucoup sont malades et de plus en plus seront nombreux les citoyens à être touchés, ici, comme ailleurs dans le monde. Ce qu’il faut comprendre, et c’est terrible, c’est que lutter pour savoir d’où vient la fibromyalgie, c’est aussi lutter contre les systèmes politiques, économiques, scientifiques et médicaux, systèmes qui nous sont imposés depuis plusieurs décennies et qui, sous prétexte de progrès, rendent malades une proportion de plus en plus importante des populations.  

 

Voyant les dégâts sur nous, mais aussi, c’est toujours plus fréquent, sur les enfants, et là c’est vraiment dramatique, il nous faut nous poser la question suivante : Pourquoi les pouvoirs ne font rien ? Pourquoi les pouvoirs font-ils tout, au contraire, pour que les dérives médicales, pharmaceutiques, chimiques perdurent, voire s’aggravent ? Il y a, là, une question essentielle… Certains médecins ont déjà payé de leur vie leur volonté de comprendre…

 

Jean Dornac

 

* * *


par Catherine Declis 
 

 

Poisson sorti de l’eau ailes cassées d’un oiseau
Biche visée par chasseur la touchant droit au cœur
Inséparable perdu par sa moitié vaincue
Sur le deuil de la faune personne n’est aphone

 

Il est bien naturel qu’en un monde cruel
La souffrance d’autrui ne tombe dans l’oubli
Alors pourquoi gommer le mot humanité
Dès lors que quelqu’un tombe et quelqu’une succombe

 

On ne fait que passer sur une terre l’invité
Avec tout le respect nécessaire à la paix
Visitons ce jardin qui ne nous appartient
Et côtoyons la pierre à même titre que nos frères

 

Implorons la nature de toujours rester pure
La vie de cheminer sur les meilleurs sentiers
Avalons du soleil qui n’a pas de pareil
Contemplons l’horizon qui est notre étalon

 

Et en y bien pensant ne sommes pas différents
Sauf une santé tronquée empêchant d’avancer
Ne l’avons pas choisie pourtant on la subit
En animal blessé souffrant restant caché

 

Aucune place pour la rage qui abat mon courage
Ni même la volonté que je croyais innée
Je suis là et j’attends sans la notion du temps
Mangée par la douleur qui me déchire le cœur

 

Ayant pendant longtemps couru après le vent
Le bon médicament et fabuleux traitement
Qui feront s’arrêter ce cauchemar étranger
Venu on ne sait d’où nous lacérer partout

 

Une à une s’éteignent à mesure que l’on saigne
Les lumières de la vie ses espoirs et envies
De nos corps sans repère coulent des larmes de mer
Que personne ne voit et tellement peu croient

 

Un cas un peu gênant médicalement parlant
Qui devient embêtant car en nombre grandissant
Mais il devient urgent de nous voir autrement
Car nous sommes impatients en milliers de patients

 

Souvent peu fortunés en parlant en deniers
Il nous faut à tout prix qu’on entende nos cris
Qui viennent du fond du cœur hurlant haut la douleur
Qu’on ne peut plus décrire tellement elle est pire

 

Au plus près de l’enfer ne sachant plus que faire
En espoir de guerrier qui n’a que trop pleuré
Je cherche le mot chance point final à l’errance
Et points de suspension d’entendre guérison

 

 

Commenter cet article

Catherine Declis 01/02/2009 15:34

Merci Jenny, désolée pour vos gencives qui sont aussi un siège de microcirculation sensible à certaines collections en tous genres dont les dents portées relatent l'histoire avec la précision d'un archéologue

Jenny 01/02/2009 12:15

Merci Catherine et merci Jean :-)
Prend le temps de te reposer Catherine, je sais que ce n'est pas évident mais, la santé est si importante.... Avec cette fibromyalgie....
A cause d'elle, j'ai eu d'énormes problèmes graves aux gencives...

En toute amitié, Jenny

Catherine Declis 31/01/2009 16:24

Merci Jean, pour en dire un peu plus, je viens de me faire enlever 3 gros amalgames dentaires alors qu’étant en cours de détoxination mercurielle depuis seulement 6 mois pour présence massive en corps, faute de moyens financiers auparavant pour me soigner, et de surcroît en position de maladie auto immune en cours d’amélioration, j’ai eu la bonne idée de contracter un virus herpes varicellae qui se manifeste en zona intercostal
Je tiens toutefois à préciser que le fond demeure solide et bon, ce que je n’aurais jamais envisagé oser dire il n’y a que 6 mois de cela
Autre détail important, il est toujours préférable de laisser une maladie, notamment touchant les couches superficielles, à savoir la peau, s’exprimer plutôt que vouloir la faire avorter, celle-ci cherchera un autre moyen de s’exprimer ailleurs sous une autre forme éventuellement plus grave

Séverine, avec le souhait que solidairement, nous trouvions tous la meilleure façon de venir en aide, à commencer pour les enfants qui sont de plus en plus atteints par cette fichue maladie poison qui peut connaître amélioration et guérison, le tout étant de le savoir et devoir le dire

Bonne journée pour toutes et tous,

Catherine.

Jean Dornac 31/01/2009 16:27


Merci, Catherine pour toutes ces précisions essentielles, car elles sont porteuses d'espérance !

Jean


Les Plus Beaux Gifs Du Net 31/01/2009 13:27

Bonjour, je viens de lire tes articles : Ces maladies ignorées... (volontairement ?). peut être serais tu intéressé de les publier dans ma communauté : http://www.over-blog.com/com-1077951147/FIBROMYALGIE.html
amicalement
Séverine

Jean Dornac 31/01/2009 13:43


Bonjour Séverine,

Merci pour cette prise de contacte bien sympathique. Je pense, et elle pourra le confirmer ici, que Catherine sera d'accord pour publier dans ta communauté.

La seule chose que j'aimerais vous demander, c'est si vous pouvez reprendre les textes pour les poser vous-mêmes. Catherine est très chargée en travail, moi aussi... je ne sais plus où trouver du
temps supplémentaire. De plus, Catherine n'est pas en grande forme, c'est le moins que je puisse dire.

Amicalement
Jean


Catherine Declis 30/01/2009 17:17

Même réponse que précédemment

Catherine.