Fibromyalgique intoxiquée au mercure ! Et vous ?

Publié le par Jean Dornac

(reprise d'article sur altermonde en date du jeudi 30 octobre 2008)


par Catherine Declis


 

Je ne ferai ce jour aucun exercice de style ni tournures de phrases de beauté, mais simple recherche de vérité.


Je rappelle une fois encore que mes propos ne sont pas pour déranger, juste faire avancer un problème de santé qui ne m’est pas que personnel puisqu’il concerne 680 000 personnes en France et représente plus de 5 % de la population mondiale, si ce n’est plus.

 

Inutile de retracer la fibromyalgie qui occupe tant de pages virtuelles et quelques pensées humaines, pour beaucoup de malades bien réels qui souffrent dans leur chair quotidiennement, sans répit ou presque, et vivent un cauchemar perpétuel, et je pense prioritairement aux enfants.

 

Ce que je vis n’est peut-être pas un cas universel et mon témoignage ne vient que tenter de poser un éclairage probable sur bon nombre d’autres cas, ou du moins les inviter à contrôler ce qui n’est jamais prescrit ou demandé.

 

Après des observations et investigations personnelles, il s’avère que les contrôles et dosages que j’ai fait exécuter en Europe signent une intoxication massive au mercure, à savoir le maximum selon l’étalonnage des instruments de mesure utilisés, 100 µg/litre, venant attester une situation de stockage important en corps.

 

Inutile de vous décrire le tableau clinique, il résonne en tous points avec la fibromyalgie. Les dosages immunitaires signent une baisse attestant maladie auto-immune.

 

Je rappelle que j’ai de lourds antécédents familiaux en maladies génétiques à expression de maladies neuro musculaires et dégénératives, une profession d’infirmière de réanimation cardiaque allègrement vaccinée et hospitalisée après les deux injections pour l’hépatite B, porteuse de nombreux amalgames dentaires dont la dernière ablation en 2007 m’a conduite en rééducation fonctionnelle pendant 5 semaines pour réadaptation à l’effort avec une fonte musculaire importante et une perte de poids de plus de 10 kilos en un mois…

 

Et toutes ces observations décrites, au fil des années depuis l’enfance, n’ont jamais retenu l’attention des praticiens et hospitaliers rencontrés en possible intoxication qui les mettaient hors d’eux lorsque j’effleurais le sujet.

 

Je ne dis pas que tous les fibromyalgiques sont intoxiqués aux métaux lourds, je dis qu’il est impensable que cette recherche ne s’effectue pas naturellement en qualité de soin et que le malade soit lui-même obligé de faire les démarches avec ce qu’il pense, sait, pressent et ses moyens financiers souvent restreints en situation d’invalidité engendrée de fait par perte totale de santé, sans compter la désintoxication qui est longue et coûteuse et bien sûr, pas entendue par aucun service de remboursement de santé.

 

Et avec les forces qui demeurent, se sentir certains jours quelque peu révoltée…
Aux chercheurs de continuer à chercher, sinon, changer de métier !


Aux professionnels de santé de devoir se tenir avant tout médicalement informés, sinon, changer de métier !


On ne trouve que ce que l’on veut bien se donner la peine de chercher !

 

Sans oublier d’écouter car si parfois la beauté est dans l’œil de celui qui regarde, la vérité est bien souvent dans la parole qui est donnée à entendre et qu’il serait parfois bon d’écouter plutôt qu’écarter les probables éventualités sous prétexte que la personne n’est pas apte à juger !

 

Encore moins lui attribuer un peu facilement l’image de dépression ou non compréhension !


Non, tout le monde n’est pas « tombé d’une échelle étant petit…  » Knock


Et engager en chaque acte avant tout sa Responsabilité Humaine en Monde, car l’un ne bouge pas sans l’autre !

Commenter cet article