Manifeste pour la liberté vaccinale

Publié le par Jean Dornac

Je me reconnais parfaitement dans ce manifeste. Je ne suis pas contre le principe de vaccination, si un citoyen a foi en elle. Mais je m’oppose à l’obligation de vaccination qui est un déni total de ma liberté de choix.

Ce ne serait déjà pas acceptable s’il n’y avait pas de risques parce qu’une obligation signifie, obligatoirement, la perte d’une parcelle de liberté et qu’elle peut conduire à la perte totale de liberté. Mais, dans notre cas, la vaccination, des risques, il y en a et ils ne sont pas rares ! On ne compte pas le nombre de morts subites dans les heures ou les jours qui suivent telle ou telle vaccination ; on ne compte pas le nombre d’apparitions de maladies, surtout neurologiques, dans les jours ou les semaines qui suivent la vaccination.

Il est, en outre, inacceptable que l’Etat, puisque c’est lui qui dicte l’obligation, ne soit pas tenu pour responsable des drames qui surviennent, conjointement avec les laboratoires qui fabriquent et vendent les vaccins.

Jean Dornac

 

* * *

 
Le comité Nobel soupçonné de collusion avec l’industrie pharmaceutique

 

(publié sur altermonde le mercredi 14 janvier 2009)


par ALIS


 

Diphtérie, tétanos, polio, coqueluche, varicelle, rougeole, oreillons, rubéole, haemophilus b, méningite A, C, B, hépatite B et A, pneumocoque, grippe, rotavirus, papillomavirus, BCG, + fièvre jaune, typhoïde, etc… Où s’arrêtera la liste ?

 

Jamais le problème des vaccinations n’a été aussi aigu et aussi compromettant pour la santé de nos enfants.

 

Plus que jamais la liberté de choix n’a été aussi nécessaire et la Clause de Conscience aussi indispensable.

 

Plus que jamais l’information véritable sur les vaccinations n’a été aussi primordiale.

 

Nous ne devons plus accepter que les parents n’aient qu’un seul son de cloche et que toute l’information qu’ils reçoivent ne provienne que des fabricants et des vendeurs de vaccins, uniquement soucieux de leur propagande et de leur tiroir caisse.

 

Plus que jamais les scientifiques ont à rendre compte de leurs recherches et à apporter la preuve scientifique de la validité de leurs résultats, tout particulièrement en matière de vaccinations. Des contrôles indépendants auront à statuer sur ces résultats et le public devra en être informé.

 

Plus que jamais les vaccins doivent être regardés comme la cause première des dérèglements de santé de nos enfants, avec des taux jamais vus jusqu’alors d’obésité, d’allergies, de maladies auto-immunes, de cancers, d’autisme, de problèmes comportementaux, de fatigue chronique, de troubles de l’apprentissage, d’échecs scolaires, etc… ainsi que de maladies nouvelles, rares, orphelines ou dites « génétiques ».

 

Plus que jamais, il nous faut dénoncer les mensonges et le déni des autorités médicales sur les accidents vaccinaux. Ils existent, ils sont patents, ils plongent les victimes dans la misère morale et physique et la société dans un chaos dramatique. C’est un scandale que de ne pas vouloir les reconnaître. Les zélateurs des vaccins ont une grave responsabilité qui un jour pèsera lourd sur leur conscience.

 

Plus que jamais la remise en question du système vaccinal s’impose : il n’a jamais fonctionné dans le passé, il ne fonctionnera pas plus dans l’avenir, au contraire. La surenchère vaccinale doit faire place à la prudence et à la réflexion. Les sommes colossales consacrées à la politique vaccinale doivent être dirigées vers l’amélioration des conditions de vie dans tous les domaines pour le bénéfice de tous.

Nous savons que nous sommes très nombreux, et de plus en plus nombreux, à être conscients du drame qui se joue depuis deux siècles, en raison de pratiques vaccinales inutiles et chaque jour plus dangereuses.

 

Alors, unissons nos efforts pour mettre au placard le dogme vaccinal, pour mettre un terme aux souffrances que nous subissons et pour mettre en place une vraie prévention capable d’assurer à nos enfants la santé qu’ils méritent. Il en va de la survie des générations futures. La tyrannie, la désinformation, le mépris ne durent qu’un temps.

 


 

Le Monde - 19 déc 2008

« Une enquête préliminaire a ainsi été ouverte par le procureur Nils-Erik Schultz de l’Unité de lutte contre la corruption. Elle concerne deux voyages effectués en Chine par des représentants du comité Nobel dont les identités n’ont pas toutes été révélées... Au total cinq personnes sont concernées. »

 

La situation est aujourd’hui d’autant plus problématique qu’Astra Zeneca, via sa filiale américaine MedImmune, tire des bénéfices croissants, sous forme de royalties, de la vente de Gardasil (Sanofi Pasteur MSD) et Cervarix (GlaxoSmithKline), deux vaccins visant à protéger contre le cancer du col de l’utérus qui sont depuis peu commercialisés à l’échelon planétaire ; deux vaccins qui sont directement issus des recherches qui ont valu à Harald zur Hausen de recevoir le prix Nobel de médecine 2008."  

Commenter cet article