Le vaccin Gardasil provoque des dégâts en Australie

Publié le par Jean Dornac

(repris sur altermonde qui l’avait publié le vendredi 14 décembre 2007)

 

Ce vaccin, censé prévenir le cancer du col de l’utérus, provoque déjà des problèmes graves en Australie. Pour nous qui avons lu les études du docteur Groussac, nous ne pouvons pas être étonnés car, ce vaccin comme celui contre l’hépatite A et B est obtenu par manipulation génétique. Nous étions déjà empoisonnés par le mercure et l’aluminium contenus dans un certain nombre de vaccins, à présent ce sont les OGM thérapeutiques qui prennent le relais. Que personne ne soit étonné si nos enfants, voire nous-mêmes, sont de plus en plus malades. Notre corps ne peut pas faire barrière à tous les poisons et encore moins aux "délires" de ceux qui fabriquent des OGM à nous injecter...

En bleu et en italiques, dans le texte ci-dessous, quelques commentaires personnels. A noter, qu’hier soir encore (3 mars 2009), on pouvait voir une publicité (Sanofi-aventis) pour la promotion de ce vaccin…

 

Jean Dornac

* * *

 

Le 17 octobre 2005, le site www.futura-sciences.com publiait un article sur le vaccin Gardasil. En voici un court extrait :

Le groupe pharmaceutique américain Merck a annoncé dernièrement, le succès de son essai de phase III de vaccination contre le cancer du col de l’utérus.

Ce vaccin, appelé Gardasil et fabriqué par manipulation génétique, empêcherait la formation du cancer du col de l’utérus chez la femme en bloquant deux virus sexuellement transmissibles : les papillomavirus de type 16 (HPV 16) et de type 18. Les HPV 16 et 18 sont à l’origine de 70% de ce type de cancer.

www.futura-sciences.com

 

Je me souviens, il n’y a pas si longtemps, avoir entendu un reportage sur l’espoir suscité par ce vaccin. C’était pendant les informations de TF1 ou Fr2, je ne sais plus, ça n’a guère d’importance.

 

Mais voici que des informations venant d’Australie devraient nous faire réfléchir très, très sérieusement :

 

Le vaccin Gardasil déclenche des réactions en Australie

Par Natalie Tkaczuk Sikora, le 4 décembre 2007

 

​​​​En Australie, depuis que le Gardasil est sorti en avril, suite à leur vaccination contre le cancer du col de l’utérus presque 500 fillettes ont eu des effets secondaires : convulsions, éruptions cutanées et paralysies.

 

​​​​Sur ce nombre, près de 200 écolières de l’État de Victoria ont été touchées et 10 jeunes filles ont été admises à l’hôpital après évanouissement ou effondrement suite à l’injection.

 

​​​​Mais d’éminents experts ont défendu les avantages du Gardasil, rejetant les rapports controversés de décès à l’étranger comme sans rapport et fictifs.

 

Qui s’en étonnera ? Pour Monsanto, son maïs BT est également inoffensif... Ce sont de sacrés farceurs, tout de même... si ce n’était si tragique, on pourrait en rire...

 

​​​​Hier les médecins minimisaient les nombreux effets secondaires comme sans relation, et disaient que les chiffres étaient bas par rapport à ce que l’on attendait en proportion au nombre de doses distribuées.


Ces affirmations, visiblement, ne se basent pas sur des études. Il s’agit, sans doute, là, comme dans d’autres cas concernant la vaccination, de préserver à tout prix le dogme !

​​​​

Plus de 13 millions de doses ont été administrées dans le monde.

​​​​Quelque 2,2 millions de jeunes australiennes ont reçu l’injection, dont presque 500.000 à Victoria.

​​​​Le Gardasil protège contre les souches de papillomavirus humain (HPV), qui provoquent 70 pour cent des cancers du col de l’utérus, et est administré aux jeunes filles de moins de 18 ans par le biais d’un programme national de vaccination.

 

​​​​Au 30 novembre, il y a eu 496 rapports à la Therapeutic Goods Association (TGA) sur des effets indésirables dont le vaccin HPV était seul suspect de leur cause.

​​​​Aux États-Unis, plus de 2.220 rapports ont été déposés en 12 mois, notamment des rapports controversés concernant plus de sept décès.

 

​​​​Mais Ian Frazer le co-créateur du Gardasil, le ministère de la Santé, et le fabricant CSL, ont rejeté hier les allégations de décès liés aux États-Unis, affirmant que les femmes sont mortes de causes sans rapport.


S’ils veulent être crédibles, qu’ils apportent la preuve de leurs propres allégations. Ces femmes sont mortes de quoi ? Sont mortes pourquoi ? Qui a étudié les causes des décès ? Une commission véritablement indépendante ou des gens liés au labo ?

​​​​

Le professeur Frazer, principal immunologiste et ancien australien de l’année, a accusé les groupes de lutte contre la vaccination de tactique alarmiste contre l’inoculation en exagérant les données.

 

​​​​Le Dr Jim Buttery, un spécialiste en immunisation qui travaille au Royal Children’s Hospital, a déclaré le Gardasil sûr, mais il a dit que tous les rapports devaient être pris au sérieux.

 

​​​​Même si la TGA a refusé de révéler le détail des résultats, elle a dit que le Gardasil est surveillé par la FDA et les Centres for Disease Control, et en Australie par l’Adverse Drug Reaction Advisory Committee, l’Australian Technical Advisory Group on Immunisation et le National Immunisation Committee.

 

​​​​Le Dr Rohan Hammett de la TGA a dit : « Tous... avisés que le taux actuel de réactions indésirables est conforme à celui attendu d’un vaccin. »


Combien de femmes devront payer le prix de leur santé, voire le prix de leur vie pour assurer les bénéfices des labos et maintenir le dogme de la vaccination dans la tête de tous les vaccinables de la terre ?

 

Source de l’article : www.alterinfo.net

Original : www.news.com.au


Traduit au mieux par Pétrus Lombard pour Alter Info

Dimanche 09 Décembre 2007


Natalie Tkaczuk Sikora

Commenter cet article

Jenny 04/03/2009 15:29

Bonjour, j'espère que tu vas bien, moi, je fais aller.... Doucement entre fatigue et douleurs....
Me donnes-tu l'autorisation de mettre cet article sur mon blog dans la rubrique " Vaccin " ?
Bon après-midi, Jenny

Jean Dornac 04/03/2009 17:03


Oui, Jenny, avec toutes les références, bien sûr !

Jean


Catherine Declis 04/03/2009 15:02

Tout sur terre est naturellement soumis à la loi incontournable du changement dont il est impossible de mesurer tous les paramètres à chaque instant, ce qui est l’ultime cadeau de préservation fait à chacun de trouver son propre équilibre dans la vie
Aussi, il me semble bien prétentieux de la part de l’homme prétendre fermement détenir les moyens de remédier radicalement en ayant recours à un seul moyen, de surcroît, passant par le fruit d’une expérimentation qui déjà à court terme présente bien des menaces et imperfections
Je trouve inadmissible, par procédé de climat de peur et d’angoisse, de viser ainsi les risques encourus par la femme en pointant la cible porteuse de vie et d’autant plus gravement en invitant les mamans de jeunes filles dès la puberté à avoir recours à une vaccination présentée comme une protection majeure d’excellence
Si effectivement il est statistiquement attesté une augmentation des cancers, notamment chez les enfants et éventuellement du col de l’utérus, il me semble priorité de s’intéresser au pourquoi cette recrudescence plutôt que s’obstiner à chercher une parade à l’éventualité en ratissant large avec des techniques qui n’ont pas encore fait preuve de leur innocuité, surtout à long terme, d’autant avec les nouvelles technologies OGM qui jusqu’alors n’apportent aucun élément répondant aux inquiétudes légitimes et dont certaines recherches indépendantes apportent déjà la preuve de leur dangerosité en influant génétiquement sur la physiologie de manière irréversible

Il n’est pas là question de rejeter l’évolution en tout et chaque chose de la vie, simplement d’humblement l’accompagner sans avancer des certitudes qui n’ont pas encore été éprouvées et encore moins y engager l’autre, de surcroît enfant ou adolescent, d’autant lorsqu’il est mis en cause la naturelle notion de possibilité de procréation

Il semble que la peur soit devenue une valeur marchande par stratégie déstabilisante qui est loin de faire avancer le Monde vers la notion fondamentale de partage en belle humanité

A méditer...