Si tu sèmes le désespoir

Publié le par Jean Dornac

Tu t'es enfermé dans des murs trop lisses

Nul ne peut t'atteindre,

Mais tu ne peux t'en échapper

Sur tes murs on ne peut peindre

dans quel piège es-tu tombé ?

C'est toi qui l'a fabriqué

 

Tu profites de ta puissance

ainsi que de ton pouvoir

Pour augmenter la souffrance

de ceux qui n'ont rien demandé que de vivre

Et pour d'autres que de survivre

 

Qui es-tu pour décider

que cet érémiste ne fait que fainéantiser

que cette mère sans-papiers

Est forcément une criminelle

et qui'l faut l'emprisonner

que ses enfants doivent lui être arrachés

que l'un d'eux doit être séparé de l'un de ses parents

les désigner comme boucs émissaires

Faire du chiffre et des affaires

 

Mais sache que repoussent les ailes

et que l'oiseau revient au nid

Parce que c'est ici, son pays !

 

De quel droit baîllonner

Celui qui a raison

sinon par peur ?

Tous ces scandales de santé

De personnes en train de dériver,

parce que seules, malades, pauvres donc abandonnées ?

Pourquoi tout cela

sinon par manque de cœur ?

 

Pourquoi laisser les OGM

empoisonner tout ce que l'on aime

Ainsi que les pesticides

Se transformer en infanticides ?

A l'un ça rapporte de l'or

et s'accumule dans un autre corps

 

Pourquoi tous ces scandales de santé publique
qu'il ne faut surtout pas donner connaissance

A la population ?

Pourquoi menacer de mort les porteurs de vérité ?

 

PUISQU'UNE GRANDE PARTIE DE CES PETITES GENS

EST DÉJÀ AU COURANT ?

 

Ah, ta figure est belle,
toi qui tente de cacher...

des secrets de Polichinelle !

 

que dis-tu à la nature que tu as malmenée ?

Irradiée, génétiquement modifiée ?

Sache qu'un de mes meilleurs amis

Se nomme Kokopelli !

 

Sache aussi que tous ces mensonges

vendus au peuple par les puissants

a l'aide de campagnes publicitaires...

Passent et s'oublient comme mauvais songes

Et que c'est toi qui dois te taire !

 

Que dis-tu à ces personnes malades de vos manipulations

Et qui meurent en silence, parce que nous ne savons pas où les trouver ?

si ce n'est qu'une personne fatiguée car fibromyalgique

Prends sur son temps de repos pour, via son clavier électronique
Délivrer le message comme une bouteille à la mer

Sans même savoir si elle trouvera un havre de compassion

et ainsi adoucir la vie amère juste par une petite action

 

Que diras-tu à ces enfants déjà malades dans le ventre de leur mère

A cause de pesticides moult fois absorbés ?

c'est bien la peine de faire de la recherche

nous, nous savons d'où viennent ces maladies génétiques

que je soupçonne déjà programmées

Pour s'étendre sans fin ..et sans pitié.

 

Qui es-tu pour pendre des brevets sur le vivant ?

comment oses-tu te substituer au principe de création ?

comment oses-tu confondre tout et son contraire

pour un vil paillasson ?

 

tu te trompes,car nous savons déjà tout.

tu te trompes, car la vérité circule

Et si même un mensonge mille fois répété

devient hélas vérité

Il ne résiste pas longtemps

...au temps.

 

Tu as beau être puissant
Et tes coffres regorger d'argent

Tu n'en es que plus misérable

tu n'en es que plus incapable

Et si toi un jour tu tombes malade

Je souhaite qu'une main secourable

trouve vers toi le chemin

Et que tu deviennes humain.

 

Car si tu sèmes le désespoir

Ce sera à ton tour de subir le blizzard

Pour t'en sortir, l'universel amour
sera ton seul recours.

 

Christine, alias Dona Quichotta

Commenter cet article